La crise persiste au sein des FCBE


En moins de 24 heures de la publication d’un communiqué signé de certains membres du bureau Exécutif National du parti FCBE demandant aux coordonnateurs de circonscriptions et secrétaires exécutifs de garder par devers eux les dossiers de candidature pour les communales du 17 mai 2020, le Secrétaire Exécutif National du parti FCBE Paul Hounkpè fait des mises au point.

Selon le communiqué signé du Secrétaire Exécutif National du parti FCBE en date du samedi 15 février 2020, « des individus ont fait usage de faux en utilisant une ancienne liste de présence signée par des personnes dont certaines sont aujourd’hui en détention, démissionnaires ou actuellement à l’extérieur (membre d’un parti politique en France) ou faisant usurpation de titre ».

D’après Paul Hounkpè, « la réclamation à cor et à cri des copies originales des documents et surtout d’un récépissé dont on a reçu l’original du Journal Officiel est non seulement curieuse mais cache des intentions inavouées », puisque les « vraies copies des documents du parti (statuts règlement, récépissé et original du Journal Officiel) ont bel et bien été remises au président d’honneur le 9 janvier 2020 comme l’a confirmé un communiqué de la cellule de communication de ce dernier et publié le même jour sur les réseaux sociaux avec une photo de la famille réunifiée ».

« Plusieurs réunions ont suivi sous la bannière du président d’honneur pour examiner les dits textes et ont abouti à des points d’accord dont l’organisation d’un congrès pour intégrer des corrections dans les textes et ce, deux semaines après l’installation des conseils communaux. Aucune exigence du camp Hounkpè n’a été prise en compte lors des échanges pour la réconciliation », précise le Secrétaire Exécutif National du parti FCBE.

Pour Paul Hounkpè, « la volonté de remettre en cause ces points d’accord est l’œuvre des ennemis du parti qui en avril 2019 lors des législatives alors que le consensus a été trouvé avec la mouvance pour la modification de l’article 80 de la constitution et la participation de l’opposition au scrutin législatif ont fait feu de tout bois pour que les représentants de l’opposition dans le comité de crise renient leurs signatures conduisant aujourd’hui à un parlement nommé et monocolore ».

Le parti dénonce une machination des mercenaires

« Les signataires du communiqué sont ceux-là même qui après avoir refusé la tenue d’un congrès pour obtenir le récépissé viennent aujourd’hui curieusement réclamer avec force la tenue d’un congrès avant les communales confirmant ainsi leur volonté de départ et d’empêcher le parti d’aller aux élections communales après avoir honteusement reconnu le récépissé », dénonce Paul Hounkpè.

Il souligne que « la convocation d’un congrès ne relève ni du Président d’honneur ni des coordonnateurs de circonscription ni d’une partie de Bureau Exécutif National mais du Secrétaire Exécutif National ou d’une majorité qualifiée du Bureau Exécutif National que les quarante et deux personnes signataires du communiqué sont loin d’atteindre ».

Il s’agit d’une « machination orchestrée par certains mercenaires de la résistance laissés en rade après la dissolution de leurs partis respectifs par la tempête de la rupture et qui sont en quête de leaderships ». Ces derniers, informe le communiqué « bénéficiant de la complicité des camarades qui, pour la plupart ne sont pas candidats aux communales, abusent de la générosité du président d’honneur pour sacrifier l’avenir politique des militants à la base ouvrant ainsi le boulevard au régime de la rupture pour contrôler nos mairies ».

Le parti invite instamment « les coordonnateurs de circonscription ainsi que les militants désireux d’être candidats à poursuivre la mobilisation de leurs dossiers et à les transmettre aux personnes dont les noms seront communiqués dans les prochains jours ».

Par ailleurs, informe le communiqué la démarche entreprise par le président d’honneur est une parodie de réconciliation. Elle vise à éjecter du parti, « ceux qui se sont battus pour sa survie et se refuse dès cet instant de participer à toute initiative allant dans ce sens jusqu’à la tenue des élections communales ».

« Jamais le parti FCBE ne servira de canal de vengeance à qui que ce soit. Les membres du Bureau Exécutif National qui ont milité pour l’obtention du récépissé ont suffisamment montré leur bonne foi et n’accepteront jamais d’être exclus du parti par ruse après avoir vilipendé, calomnié pendant des mois », assure Paul Hounkpè.

Quant aux « camarades signataires du communiqué incriminé, ils seront tenus responsables des conséquences qui en découleront », prévient-il.

« La participation aux communales est non seulement le seul moyen pour le parti de ne pas disparaître, mais aussi de celui de participer à la présidentielle de 2021. Le parti FCBE participera par tous les moyens aux communales du 17 mai 2020 et invite les militants à se démarquer des manipulateurs qui pensent que sans eux, personne ne peut poursuivre sa carrière politique », conclu le Secrétaire Exécutif National Paul Hounkpè.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L’information en temps réel

16 février 2020 par Dg24h